Murs de fermeture du donjon

Épars sur le rocher, se voient encore des vestiges de constructions qui, aux origines, devaient constituer une chemise cernant la tour carrée à l'est, au sud et à l'ouest. L'état des lieux de 1763 confirme cette hypothèse puisqu'il nous dit que là « étoit le fort dudit château ». La tour seule (donjon) ne pouvant constituer une fortification suffisante, force est d'admettre qu'elle était complétée par d'autres. Il est par ailleurs hautement probable, comme l'indique M. Michel Carlat que Rochebonne n'ait été aux origines, donc au XIème siècle, qu'un rocher fortifié entouré d'une enceinte.

Cette « chemise », donc, si elle a bien existé, devait remplir le double rôle de rempart en cas d'attaque et de banal garde-fou plus habituellement. En outre, son implantation à certains endroits montre qu'elle y prolongeait la verticalité de fissures qui auraient pu être escaladées.

 

 

 

 

 

 

Après travaux